Le syndrome de l'hibiscus

03 août 2011

Comment j'ai tué Andrej

dessin-zziiggComme je n'ai rien à faire au mois d'août (c'est un auto "private joke", en fait j'ai des tonnes de choses à faire et je stresse à mort mais je suis la seule à le savoir), je me suis dit : "Tiens, et si je participais au concours de nouvelles organisé par mon ancien employeur ?"

Ne rigolez pas, c'est très sérieux, d'ailleurs le premier prix, c'est un vélo électrique.
...
Enfin bon, moi je le fais surtout pour être repérée lors du Salon du livre qui accueillera ce concours (au château du Clos Vougeot, ça, ça le fait). Nul doute que les auteurs invités, après quelques verres de grands crus, crieront au génie devant mon texte.

Oui mais.
Le thème, c'est : "Une intrigue pendant les vendanges en Bourgogne". Je vous mets les renseignements ici si ça vous intéresse.

Or, des polars, autant j'en ai lu et vu jusqu'à plus soif, autant je suis une grosse buse pour en écrire.

Néanmoins, j'ai parié que je relèverais le défi. Alors je ne vais pas vous cacher la vérité plus longtemps : j'ai décidé de tuer Andrej, un brave type venu de l'Est, dont personne ne songera à signaler la disparition. J'ai déjà enterré son corps dans une parcelle de vigne à Saint-Romain après lui avoir défoncé le crâne. Avec un magnum de ladoix Les Joyeuses (rions un peu).

J'ai bien une vague idée du pourquoi. Malheureusement, le comment m'échappe totalement pour l'instant. 
Dommage, c'est ce qui doit faire la différence entre un texte haletant et un mauvais scénario où Dexter croiserait Les Experts.

Je me retrouve empêtrée dans des dialogues creux, des développements stériles et rien de tout cela ne fait avancer l'histoire. Qui doit tenir en 15 000 signes, ce qui ne fait pas lourd quand on ne sait pas comment coincer l'assassin, croyez-moi.

Je vous jure, me voilà fraîche, avec mon cadavre en voie de rigidification. Mon narrateur se la joue super cool, n'empêche, pour l'instant c'est un gros looser. Il a du chewing-gum à la place des neurones quand il s'agit de débrouiller ce qui est arrivé à ce pauvre Andrej.

A ce stade et selon une source très proche de l'enquête, je ne vous cache pas que je n'y suis pas encore, sur le vélo électrique. En même temps, je ne sais pas trop ce que je ferais sur un vélo électrique. 

Je vous tiendrai informés de la progression de l'affaire, menée de main de maître par le capitaine de gendarmerie Lecrueil (un mix de cercueil, écueil et écureuil ; parce que j'aime bien les écureuils).

Rose

PS : dessin Zziigg

Posté par Lechapeaudelapie à 00:05 - Nos vies (ou presque) - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

  • Mal de tête

    Je potasse sur ton problème mais à chaque fois ça finit en "Stephen King sors de ce corps"... Un polar versé SF ça pourrait aussi attirer l'attention, et te faire gagner ce merveilleux vélo de tes non-rêves, non ?
    Sinon question primordiale : l'arme du crime a t elle subi des dégats importants ? Parce que si besoin d'une séance de réanimation par bouche à bouche, je suis volontaire... Ensuite on pourra enterrer son cadavre à côté de celui d'Andrej...

    Posté par Gfac, 03 août 2011 à 23:05
  • Glou glou

    Malheureusement chère Gfac, dans l'état actuel des choses, le magnum de ladoix a explosé sous le choc. Un de mes nombreux problèmes à régler, parce que je ne sais pas où évacuer les morceaux de verre...

    Rose

    Posté par Rose, 04 août 2011 à 12:03

Poster un commentaire